52 Jours

52 Jours

52 Jours   Roman de Josette Bidault

       

 

UNE PRINCESSE BIEN IMPREVISIBLE !

 

« Sublimé par le charme asiatique, François se laisse séduire par Kali, sa princesse aux yeux bridés. Le mariage a lieu à Katmandou, dans un temple exotique dédié à Shiva. Mais les plus beaux des contes de fée ont parfois une fin et peuvent se transformer en enfer. C’est ce qui arrive à François, lorsque sa Belle disparaît. Il la cherche, alors, de longs mois en vain, jusqu’à ce qu’il rencontre la douce Shanti… »


     

 

52_Jours_-_Couverture_officielle_face_-_Site

ISBN : 978 2 490058105

Format 15 x 21

Publication : mai 2019

18,50 €

 

Disponible

Caddie_Noir_et_Or._web_2

Commander

Illustration de la couverture

CREATION EDITION

P a r i s

 

Code_Barre

     
        Josette_Bidault_-_Portrait_recad    

L'auteure :

Sous forme de roman, Josette Bidault nous conte un récit d’une grande richesse ; celui d’une mère qui part au combat pour faire libérer son fils poursuivi au Népal, pour bigamie et jeté en prison. On y retrouve toute la culture népalaise, avec ses effluves ambrées, la magie de l’Himalaya, mais aussi les embruns de la belle Côte d’Opale.

Largement rapporté dans la presse de l’époque, l’événement n’a pas manqué de susciter un élan de solidarité et a nécessité l’intervention du ministère des Affaires étrangères et de l’ambassade de France à Katmandou, car le Népal n’est pas un pays où l’on plaisante avec les lois maritales...

   

 

 

       

Extrait :

« Le lendemain, mardi 22 juillet 2014, au petit matin la police débarque au pied du coquet bâtiment, tambourine à l'étage, retourne tiroirs, valises encore chargées de produits « made in France » allant des senteurs de lavande, aux charcuteries qui tentent d'attendrir les agents harnachés, bâtons en bandoulière...

...La quête brutale de l'irruption a pour thème : une preuve d'union, de concubinage illégal au Népal. Rien de sérieux, selon nos codes ! Exceptés une cohabitation établie depuis plusieurs mois et un récent retour de France avec visa touristique accordé par l'ambassade en avril, le butin est bien maigre et le rapport des policiers peu alarmiste.

C’était sans compter sur l'acide acharnement de la plaignante qui a refusé de retirer la plainte en dépit des interventions et pourparlers de l'entourage.

     
CE QU'EN DISENT LES MEDIAS !
Logo_Voix_du_Nord_miniature Résultat de recherche d'images pour "la semaine dans le boulonnais"