Ce Monde auquel j'appartiens

Ce Monde auquel j'appartiens

Ce Monde auquel j'appartiens   Roman de Elisabeth Camus

     

 

Elisabeth Camus nous livre...

UNE INCROYABLE AFFAIRE !

 

Résumé :

Mais quel est donc ce monde dans lequel vivent les personnages de ce roman ? N’est-il pas surréaliste, avec ces êtres prisonniers de leurs propres idées, de leurs rêves, et… d’un aéronef tout aussi étrange ? Artisans d’un monde meilleur, ne sont-ils pas les victimes d’un groupe de dirigeants avide de pouvoir et de richesses qui n’a d’objectif que de piétiner les dernières valeurs morales de cette Terre ? La mort est-elle la seule issue possible que leur réserve cette aventure ?

Et si le destin se mêlait à cette partie…  

   

 

 

 

Ce_monde_auquel_jappartiens_-_Couverture

ISBN : 978-2-914909-90-7

Format 15 x 21 - 234 pages

Publication : novembre 2015

19,90 €

 

Caddie_Noir_et_Or._web_2

COMMANDER L'OUVRAGE

 

 

Photographie couverture

Aure E. Vallois

Graphisme couverture

Céline Quenu

 

 

 

       
      Elisabeth_Flyer_2    

 

L'auteur :

ELISABETH CAMUS est chargée de communication, et correspondante à la Voix du Nord. Elle a également été journaliste : une expérience déterminante qui a affuté son regard sur les hommes et les femmes de son temps.

Dans ce roman aux multiples facettes, l'auteur, du bout de sa plume, nous tient en haleine jusqu'à la chute finale. Et si "Ce Monde auquel j’appartiens" était un modèle pour réveiller certains de nos élans ?...

       
     

Premières lignes :

« La vie n’est qu’une suite de circonstances ! Celles qui m’ont conduite ici sont, pour le moins... étranges.

Rien n’aurait dû m’amener à me retrouver dans cette sorte d’aéronef qui survole le monde et ses turpitudes. Et pourtant ! Me voici entourée de quelques-uns de mes semblables, tout aussi désappointés que je peux l’être, dans un espace si réduit qu’il nous oblige à une intimité à laquelle nous n’étions pas préparés. Nous ne nous connaissions pas. Chacun de nous vivait une vie différente, bien sûr, mais un point commun nous reliait, et nous n’en savions rien, alors !… »

       


SUR